Évolution

Ce mot a chez nous des connotations positives : « Il faut évoluer », etc. Il est significatif d’une croyance généralisée au progrès, que nous devons au scientisme du 19e siècle. Mais aujourd’hui cette notion a été abandonnée par les généticiens et biologistes, qui parlent simplement d’« innovation » (neutre), dont le résultat peut être soit un succès, soit un échec quant à l’adaptation à de nouvelles conditions de vie de l’individu qui « innove ».Mais comme nous ne voyons que les réussites, en ne pensant pas aux échecs, nous faisons de ces réussites une loi, et avons de l’évolution une vision fondamentalement positive. Les laissés-pour-compte, les ratés qu’elle produit, nous les oublions. Car l’innovation ne garantit en aucune façon la réussite – et même, proportionnellement, les possibilités de réussite sont très faibles dans l’ensemble du processus adaptatif.
Les innovations sont brusques, et n’obéissent pas à un mouvement linéaire et régulier. Il n’y a derrière tout cela aucune finalité prédéterminée, tout vient du hasard, de l’aléatoire. C’est une loterie, où il est impossible de prévoir, au départ, quels seront les gagnants. On sait que l’ancien créationnisme, qui interprétait littéralement le début de la Genèse, a été « relooké » aux États-Unis par le mouvement dit de l’Intelligent Design (ID), selon lequel il faut voir dans l’évolution un but, un dessein, les résultats finaux garantissant le projet initial. Mais, comme susdit, on oublie l’immense foule des ratages antérieurs, et évidemment toujours possibles dans l’avenir. Que ne relit-on Darwin, qui au rebours de l’idée de progrès dominant son siècle, a le premier perçu le hasard fondamental qui préside à l’évolution !
Notre narcissisme et notre nombrilisme sont si grands que nous oublions que nous ne sommes que le résultat de la rencontre d’un spermatozoïde plus sprinteur que les autres avec un ovule. Nous aurions pu ne pas être là : mais nous n’imaginons jamais le contraire. Le sens que nous affectons à notre vie n’est que le désir que nous avons de sa présence. Mais si cette absence de sens est le vrai, essayons au moins d’en donner un aux relations que nous avons avec les autres.

Voir aussi : Finalité.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

21 réponses sur “Évolution”

  1. Gau on (bonsoir), cher MT.

    Passer du néant à la matière puis de la matière à la vie, ce ne sont pas de (deux) minces affaires.

    Et passer de la vie (d’une bactérie) à la pensée créatrice (d’un Jules Verne), cela pose question, non ?

    Ce qui est assez étonnant, c’est que 1 spermatozoïde et 1 ovule font 1 enfant (en général) soit 1 + 1 = 1.

    Les humains viennent de découvrir comment. C’est tout récent; le code génétique, ce sont les années 1960 …
    http://www.universalis.fr/encyclopedie/decryptage-du-code-genetique/

    Quant au pourquoi ? Vaste programme …

    Cependant, entre rien et un César Franck qui compose un cadeau-joyau à son pote Camille Saint-Saëns …
    https://www.youtube.com/watch?v=Xp01vvucPAw

    Adiskidetasun (amitié en basque de Donibane Lohizune).

    AGG à MT.

  2. Évolution
    Bonsoir Michel

    Le problème de l’évolution ou de l’innovation, c’est qu’elle dépend d’une humanité qui est sans cesse en recherche de soi.
    Donc par là même, aux prises avec une difficulté d’abandon, d’accueil, d’écoute et de transmission. Or, il me semble que pour créer, faire de l’innovation, il faut pouvoir sortir de soi, accueillir l’inconnu, écouter la respiration du monde et transmettre ce que l’on reçoit sur le moment sans jugement ni préjugé et c’est ce qui va mettre en mouvement positivement l’humanité, lui permettre de devenir plus elle-même dans le meilleur sens du terme. Mais cela nécessite une forme d’éveil, de conscientisation personnelle et collective qui sort complètement du cadre actuel de rentabilité, de manipulation et d’abus plus ou moins direct.
    C’est pourquoi la notion d’évolution et d’innovation est si relative. Parce que les conditions ne sont que très rarement réunies pour mettre les projets véritablement au service réel de l’humanité. Même ce que nous pouvons appeler positivement évolution et innovation sont en quelque sorte corrompues dès le départ, parasitées par toutes sortes d’intérêts et d’enjeux qui bloquent le progrès qui pourrait émerger. Mais nous commençons à nous en rendre compte je crois, et c’est peut-être ce qui est rassurant et porteur d’espoir pour l’avenir.

    1. Évolution@Françoise
      Bonjour
      Vous aviez esquissé dans une intervention , votre rapport personnel à Dieu et le rôle de la prière dans cette relation.

      Pourriez vous développer un peu, car votre approche me rappelait celle d’une amie qui « dansait avec Jésus »

      Merci de votre réponse

      NB

      1. Évolution@Noel Beda
        Votre amie ne s’appellerait pas Mireille Nègre? Si oui, j’étais allée la voir en spectacle quand j’étais ado, j’avais beaucoup aimé sa démarche.

        Concernant mon approche et mon rapport personnel à Dieu, disons qu’ils sont très sensitifs, et sans doute liés à ma pratique artistique mais aussi à l’expérience de mort imminente que j’ai vécu à 19 ans.

        Ce moment de prière se passe souvent sous la douche le matin, parce que c’est un moment de contemplation et de conscientisation intérieure idéal et aussi quand je peins et enseigne. C’est une sorte d’écoute absolue où je laisse passer Dieu. Mon corps, mon esprit, mon âme se mettent en état de disponibilité totale et je me laisse guider. Je laisse le Seigneur faire, me dire ou dire par ma bouche ce qu’il a à dire et je ne me soucie de rien…Je sais qu’il saura trouver un chemin pour m’apprendre des choses, pour faire passer son amour à celles et ceux à qui je donne les cours, qu’il saura me guider dans le moment du don. Je suis simplement heureuse de ce temps de partage, d’écoute et je ressens physiquement, affectivement la présence divine. Je me sens traversée par un courant qui ne m’appartient pas mais qui avec tendresse, m’emmène sur une route pour m’accomplir un peu plus à chaque fois et je suis bouleversée par tant d’amour, tant de respect et de bonté.
        C’est pourquoi les approches intellectuelles de Dieu me font toujours un peu sourire…Je peux comprendre que des gens qui n’ont que ce lien-là à Dieu se tourneboulent la tête autour de tel ou tel dogme mais franchement, pour moi dans ma pratique personnelle, je trouve le lien personnel à Dieu tellement plus important, essentiel, tellement plus fort, tellement à rebours de toutes les idéologies qui ont été posées sur Dieu par l’ensemble des religions…
        C’est un moment tellement intense, tellement nourricier et qui m’apporte tellement au plan humain et spirituel…Ca me rend triste de constater que finalement peu de croyant(e)s font cette expérience alors qu’elle est accessible à tous et à toutes. Et qu’elle est d’une simplicité incroyable.
        J’écoutais hier soir Juliette Binoche sur Télérama qui, sans parler de Dieu, vit en réalité dans son métier et dans sa vie personnelle, je m’en suis rendue compte, la même chose que moi. Et ça me la rend encore en plus proche au plan fraternel. Je trouve tellement beau ce cadeau divin que ça me fait infiniment plaisir de voir d’autres personnes vivant cela. Finalement nous sommes en communion fraternelle permanente par ce lien personnel intense que nous avons avec Dieu. C’est très émouvant…Et pour moi ça constitue une énergie très positive qui va aider l’ensemble de l’humanité dans son éveil, sa conscientisation, qui va transcender la peur, les doutes, les angoisses mais aussi les projets, tout ce qui est de l’ordre de la création dans quelque domaine que ce soit. Dieu après fait ce qu’il veut avec cette énergie. Mais je suis sûre qu’elle lui sert à soigner, aider, consoler tous ceux et celles qui en ont besoin sur le moment. Je pense que lorsque nous serons morts, nous serons très surpris de voir à quoi ces moments de prière et d’intimité avec Dieu ont servi pour nos frères et soeurs…
        Je sais pas si ça répond à votre question. En tout cas, j’espère.
        Cordialement
        Françoise

      2. Évolution@Françoise
        Merci beaucoup pour votre réponse si personnelle , si intime et en même temps si forte .
        J’envie beaucoup ceux ou celles qui ont ce rapport quasi physique à Dieu, je suis sans doute trop intellectuel , nobody is perfect.
        Mon amie ne s’appelle pas Michèle Négre , elle était ma condisciple en première année d’hébreu , et dansait avec Dieu dans sa cuisine. Elle est une personne charmante , mais sur le coup nous avons cru qu’elle se moquait de nous (car son témoignage était public), non c’était quelqu’une dont le psychisme lui avait permis d’atteindre une certaine réalité .

        Merci de votre témoignage

        Bien cordialement

        NB

      3. Évolution@Françoise
        Toutefois un bémol cependant.
        Le Magistère n’apprécie pas ces contacts personnels , ceci à cause des hérésies gnostiques qui fleurirent dans les premiers temps.

        Cela dit j’envie la relation que vous avez avec le Très-Haut ,ceci quoiqu’en dise Agnès toujours dans ses tubes à essais ;-))

      4. Évolution@Noël Beda
        Pour tout vous dire, je me fiche cordialement de ce que pense le Magistère à ce sujet. Je ne fais de mal à personne, j’essaie de faire profiter autrui autant que je peux des bienfaits que je reçois sur le moment sans pour autant faire de prosélytisme (le Seigneur est capable de se faire connaître lui-même).
        La relation que je vis avec Dieu me comble, me rend heureuse alors franchement, je vois même pas où serait le souci.
        Et j’aurais envie de dire au Magistère que s’il avait un peu plus de contact personnel avec Dieu, au lieu de vouloir parler à la place de Dieu et contrefaire Dieu, ben l’Eglise se porterait autrement mieux et y aurait moins de fanatisme et de dérives…mais bon, comme disait ma mémé, ce que j’en dis…

      5. Egun on (bonjour), cher NB.

        Ah ce Thomas, qui ne croit que ce qu’il prouve !

        Il a bien raison.

        Ce qui ne l’empêche pas de rêver ni de « poésir » (néologisme unissant poésie et désir).

        Adiorik ez (lehitraott békarov, à bientôt).

        AGG à NB.

      6. Bonjour Françoise.

        Quand vous écrivez :
        « et je ressens physiquement, affectivement la présence divine » …

        Que voulez-vous dire ?

        Parce que si Dieu n’existe pas …

        Jolie journée.

        AGG à Françoise.

      7. Bonjour Agnès
        L’énergie vous pouvez la ressentir en vous non?
        Eh bien la présence divine que j’expérimente physiquement est une énergie, comme une sorte de courant électrique qui me traverse. C’est ce que je peux trouver de plus approchante comme comparaison pour que vous compreniez de quoi il s’agit. J’avais mesuré que Dieu n’avait strictement rien à voir avec l’image d’Epinal qu’on présente de lui lors de mon expérience de mort imminente, et je l’avais déjà identifié sous forme énergétique mais contrairement à après cette expérience, lors de mon coma dépassé, l’énergie divine avait une densité physique qui lui permettait de m’étreindre. Depuis, je n’ai pas du tout ce ressenti mais la sensation d’être traversée et guidée par cette même énergie.
        Beaucoup d’artistes (toutes spécialités confondues) mais aussi de conteurs, de chamanes, de magnétiseurs ressentent comme moi physiquement cette énergie divine et se laissent traverser par elle même si leur raison raisonnable ne croit pas à Dieu. Ils sont bien obligés de reconnaître cette présence énergétique en eux et autour d’eux.
        Et c’est bouleversant.
        Je vous quitte pour aller donner mes cours au centre de formation.
        Bonne journée!

      8. Oui pour l’énergie, chère Françoise.

        Mais pourquoi « divine » ? Parce que vous pensez qu’être revenue vivante sans séquelle de votre coma, c’est un miracle, une « grâce » qui vous fut donnée par une énergie venue d’un Ailleurs ?

        Hum.

        Mais chacun est libre.

        Ce qui me perturbe plus, vous voyez, ce sont des intuitions, des signes donnés à comprendre, à saisir. Mais il s’agit peut-être de chances venues par le plus grand des hasards, et pour n’aboutir qu’à la destruction de la terre et de ses habitants. Alors pourquoi tout cela ?

        Et les gens massacrés par le Nazisme ou par Daesh (ou autre barbarie d’esclavage), je me demande s’ils ont cru en une énergie divine favorable; parce que là, franchement, il y a de quoi avoir des doutes ! Pourquoi Dieu a-t-Il créé Caïn ? Même chose pour les victimes des tsunamis et autres catastrophes naturelles. Pourquoi nous avoir créés si faibles ? C’est plus simple de croire en Dieu quand on a une vie peinard, dans un pays riche et une région ensoleillée.

        A bientôt. Travaillez bien mais préservez-vous, faites attention à vous. La retraite, c’est super, surtout quand on a bien bossé et cotisé 🙂 !

        AGG à Françoise.

      9. Agnès bonjour!
        Pourquoi divine? Parce que cette énergie électrique est spéciale dans le sens où quand elle vous traverse, elle vous guide, vous réconforte, vous inspire. Avec une énergie électrique classique, vous êtes juste électrocuté à son contact. Ben là pas du tout. C’est comme un flux qui vous porte et qui agit par votre entremise sans jamais vous forcer…
        Donc ça n’a rien à voir avec le fait que je suis revenue sans séquelles de mon coma, c’est juste la structure énergétique en elle-même qui fait que je la qualifie de divine.
        Les institutions n’ont hélas rien à voir avec ce lien à Dieu.
        Les institutions religieuses ont toutes pour point commun de se prendre pour Dieu et d’être des lieux d’oppression totalitaire. En plus en faisant porter le chapeau à Dieu, ce qui est quand même le summum de l’horreur, mine de rien.
        Pourquoi croyez-vous que Jésus s’est fâché tout rouge contre ces institutions religieuses de son temps? C’était pas pour des queues de prunes mais parce qu’il constatait que ces institutions étaient dans la manipulation, le crime et utilisaient Dieu pour mener des projets totalitaires sans aucun rapport avec Dieu tel qu’il est.
        Dieu propose le lien, l’humain dispose. Dieu ne forcera jamais un lien relationnel. Sinon, ce serait du viol, ça n’aurait plus aucune valeur. Donc il est toujours dans l’attente d’un contact personnel avec l’humain. Contact personnel qui la plupart du temps se trouve empêché soit par des raisonnements et des masturbations intellectuelles à son encontre (qui sont certes une forme de recherche mais qui ont aussi pour effet de bloquer l’humain dans l’accès direct et simple à Dieu). Vous avez aussi la version institutionnelle religieuse et politique qui se prend pour Dieu pour disposer d’un pouvoir totalitaire sur les individus sous couvert que c’est Dieu qui demande ça ou alors la raison suprême. Vous avez enfin la version de s’attacher aux dogmes aux rites comme si la quintessence de Dieu était là alors que c’est du superficiel et que la véritable rencontre est beaucoup plus simple et plus intime aussi.
        L’humain étant énormément dans le contrôle à la fois de lui-même et des autres et dans un rapport de pouvoir au monde (qu’il soit homme ou femme), il lui est très compliqué d’être dans une disponibilité et une écoute à Dieu tel qu’Il est et non tel que l’humain voudrait qu’Il soit.
        L’humain va donc perdre énormément de temps, parfois toute sa vie à vouloir être dans une relation à Dieu en faisant tout pour ne pas la vivre (avec le barrage intellectuel, de manipulation totalitaire, d’enfermement dans dogmes, rites, mantras, etc). Je m’en rends compte au fil du temps. L’expérience de mort imminente permet à beaucoup de gens de gagner du temps et de comprendre au moins intuitivement la nature de Dieu et la simplicité du lien que l’humain peut nouer avec Lui.
        Après, chacun est libre. Il n’y a jamais aucune obligation. Donc l’humain fait de cet évènement ce qu’il pense être juste et bon. Dieu s’adapte…

        Pour mon travail, j’ai 7 CDDs, avec un salaire modeste (amoindri voire inexistant lors des vacances scolaires ou des absences maladie, pas droit au congé maternité du fait de la multiplicité et du peu d’heures de chaque contrat). Au niveau des cotisations, je sais bien que ma retraite si j’en ai une, sera maigre et que je serai sans doute contrainte pour survivre de travailler encore au-delà de votre âge. Je fais avec cette réalité. Je n’ai pas le choix. La précarité perpétuelle concerne énormément de femmes de ma génération et j’ai bien conscience qu’elle est orchestrée par nos politiques depuis fort longtemps. Les groupes féministes se fichent de ces questions, les syndicats également. Je le regrette…
        Je file à mes cours de la journée. En espérant que nous n’aurons pas trop de pluie aujourd’hui.
        A+ Agnès!

      10. Oui pour l’énergie, chère Françoise.
        Bonjour Agnès,
        Décidément vous cultivez le scepticisme et le pessimisme. Vous auriez voulu que Dieu, dont vous pensez fortement qu’il n’existe pas, soit à l’origine d’une humanité sans défauts, sans maladies , sans souffrances, et, tant qu’à faire, immortels et, en prime, d’une planète épargnée par les cataclysmes.
        D’après vous, la matière est-elle éternelle ? Quel facteur a déclenché le big-bang ? Et, d’abord, pourquoi s’est-il déclenché ? Bon, il s’est déclenché et tout s’est mis en branle…. cahin-caha, et malgré tous les avatars, la Terre, grâce au hasard et à la nécessité, est devenue (et reste après 4 milliards d’années) habitable à moins que l’activité humaine ne la rende inhabitable. Faut-il que Dieu intervienne pour stopper les inventions et les malversations ? Ben non, puisqu’il n’existe sans doute pas. Mais dites-moi, Agnès, d’où vient la conscience ?
        Amicalement
        Deroëc

      11. Gau on (bonsoir), cher Deroëc.

        Ni sceptique, ni pessimiste. Seulement réaliste.

        Concernant la matière, une théorie assez récente évoquait une succession de concentrations-explosions de l’ensemble; nous pouvons imaginer aisément que le big-bang est la plus récente de ces explosions (14 milliards d’années quand même !), car détectable par nous (ou du moins envisageable, déductible). A notre pauvre échelle humaine, on peut évoquer l’éternité …
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Bang#Statut_actuel

        La conscience ? Vous parlez du fait d’être capable de regarder sa propre existence, voire de la contrôler un peu ?

        La bonne et la mauvaise conscience ?

        L’intelligence ? L’introspection ?
        http://www.medecine-et-sante.com/anatomie/anatocerveau.html

        Rien que de bien « matériel », ma foi.

        Et pourtant …

        Amets on (bon rêve).

        AGG à Deroëc.

      12. Gau on (bonsoir), cher Deroëc.
        Bonsoir Agrès,
        La matière est-elle éternelle ? Vous n’en savez rien, moi non plus.Qui le sait ?
        De la matière, peut-il surgir l’esprit ?
        Faites de beaux rêves.
        Deroëc

      13. Arratsalde on (bon après-midi), cher NB.

        C’était un livre « théothématique » (néologisme que j’ai inventé pour l’occasion).

        J’avais écrit un tome II, beaucoup plus « branché Théos », mais personne n’a voulu l’éditer sans vouloir des sous. Alors, n’ayant pas les poings liés au moindre réseau, je n’avais aucune chance. Pas grave, je l’ai un peu publié sur mon blog 🙂

        Dites-moi, ce n’est pas parce que l’on écrit un livre sur la fin du monde que le monde finit.

        Dieu a autant de chance d’exister (complexification probablement non terminée de la matière plutôt que rien) que de ne pas exister (souffrance des vivants). Alors …

        Laster arte (à bientôt). LeHitra’ot.

        AGG à NB.

      14. Bonjour AG
        Quand vous écrivez :
        « et je ressens physiquement, affectivement la présence divine » …
        Que voulez-vous dire ?
        Parce que si Dieu n’existe pas …


        C’est un peu la question que se posait saint Thomas.

      15. Gau on (bonsoir) cher L1.

        Le problème est qu’il faut plus qu’un « corps glorieux » pour me convaincre.

        Il existe une pathologie appelée « hystérie », qui peut toucher les hommes comme les femmes. Ces gens peuvent avoir tous les signes d’une maladie sans avoir cette maladie. Très étonnant !

        Laster arte (à bientôt) !

        AGG à L1.

  3. Évolution
    Bonjour,

    L’évolution biologique a essentiellement lieu en deux temps : dans un premier temps tirage au hasard d’une évolution possible, et ensuite les évolutions les mieux adaptées s’étendent héréditairement plus facilement que les autres. Les observations initiales proviennent du patient travail du naturaliste Darwin et de l’intuition génétique du moine Mendel (tous les deux au milieu du XIXème siècle). La génétique moléculaire a été vulgarisée en 1970 dans le livre « Le hasard et la nécessité » du biologiste Jacques Monod. Ce livre remet en cause un bon nombre de principes religieux sur la providence et la volonté divine, il a déclenché de fortes polémiques bien éloignées du débat scientifique ; elles continuent aujourd’hui avec l’hypothèse du dessein intelligent qui se prétend scientifique sans en posséder les caractéristiques de réfutation possible, d’explication du mécanisme, de prédiction et d’expérimentation.

    Ce mécanisme « du hasard et de la nécessité » s’applique dans un nombre impressionnant de situations biologiques, mais il n’est pas l’unique moteur de l’évolution. L’épigénétique, branche de la biologie, complète depuis 20ans la génétique en étudiant comment un même gène peut réagir de différentes manières en fonction de l’environnement ; sans remettre en cause les solides lois de la génétiques, elle observe et tente d’expliquer la transmission de certains caractères acquis sur quelques générations qui ne passe pas par une modification des gènes.

    Malgré ma réticence scientifique à raisonner par analogie, nous ne pouvons que constater l’évolution de la société humaine sur le même principe d’essais et d’adaptations successives ; il me semble que cela rejoint une intuition du père Teilhard de Chardin et sa théorie de la noosphère.

    J’espère par ce commentaire ne pas avoir ennuyé de lecteur et ni détourné ce lieu d’échange de l’orientation voulue par son auteur.

    F, très bavard pour parler de l’histoire des sciences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *