Bananes : France Inter rallume le bastringue

Et c'est reparti. Les semaines se suivent, et se ressemblent. C'est France Inter, qui remet dès 8 heures deux thunes dans le bastringue Taubira, avec une déclaration exclusive de Le Pen (Jean-Marie).

Et c’est reparti. Les semaines se suivent, et se ressemblent. C’est France Inter, qui remet dès 8 heures deux thunes dans le bastringue Taubira, avec une déclaration exclusive de Le Pen (Jean-Marie).

« Elle n’a certainement pas été choisie à cause de son patriotisme, elle est anti-française. Parce qu’elle était indépendantiste, elle voulait chasser la France de la Guyane. Ce ne sont pas non plus ses talents de juriste qui l’ont fait désigner. Je pense qu’elle a été choisie parce qu’on pensait que sa couleur pourrait lui servir de bouclier quand elle aurait à proposer des choses absolument inacceptables. Ça n’est pas la première fois que c’est fait dans la politique française ». Le Pen (Jean-Marie) assistait au lancement de la campagne FN pour les municipales. La phrase diffusée par France Inter n’a pas été prononcée à la tribune. C’est la journaliste de France Inter, qui est venue le chercher dans son coin de salle, et a branché le vieillard sur le cas Taubira.

« Attendons maintenant les réactions, qui ne vont pas manquer » conclut, gourmand, le présentateur de France Inter. Oui, attendons donc de pied ferme, micro en main : elle n’est pas mécontente, la radio publique, de créer le buzz du matin, en faisant déraper l’octogénaire Le Pen, qui ne demande que ça. Trente ans que ça marche, trente ans qu’ils se tiennent la main bien serrée, Le Pen et les traqueurs de phrases qui tuent, on ne change pas une recette qui gagne.

Irréprochables, les journalistes d’Inter. Leur reprocherait-on d’alimenter le bastringue, leur réponse, j’imagine, est toute prête : mais enfin, Le Pen (Jean-Marie) est toujours président d’honneur du parti. C’est une personnalité qui compte. En lui donnant la parole de temps en temps, nous déjouons la stratégie de dédiabolisation entreprise par sa fille. Nous grattons le vernis. Nous montrons que le FN n’a pas changé. On fait notre boulot. Etc etc. Tous arguments, par ailleurs, recevables. Ce qui n’empêche qu’on n’a aucune envie de commencer la semaine comme la dernière s’est terminée.

Le feuilleton bananier de Taubira ne sert pas seulement de fumigène pour masquer d’autres questions (comme les opaques négociations transatlantiques sur le libre-échange, voir notre émission de la semaine). Il fait aussi office de fumigène sur la politique effectivement menée par la ministre de la Justice. Pendant qu’ils jettent des bananes à leurs lecteurs, les medias évitent par exemple de mentionner les sévères critiques adressées à Taubira par le principal syndicat de magistrats, et notammment sur sa frilosité sur la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature. Ils évitent même de donner trop d’écho au nouveau buzz anti-Taubira qui enfle sur la twittosphère : la ministre interdirait qu’on géolocalise les trafiquants de drogue. Sur cette dernière impasse, rassurons-nous : ce n’est certainement que partie remise. Si vous voulez prendre de l’avance, et tout savoir sur la circulaire de la chancellerie, interdisant aux parquets de faire placer des balises sous les voitures des trafiquants de drogue, conformément à un arrêt de la Cour de cassation, anticipez : tout est très bien expliqué ici.

Par Daniel Schneidermann le 18/11/2013

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

12 réponses sur “Bananes : France Inter rallume le bastringue”

  1. Les « grandes oreilles » veulent espionner chez nous tous
    Un sujet brulant : l’espionnage par le Net. La loi de programmation militaire française va faire entrer les services de renseignement au coeur des familles. Une vois s’insurge, celle de Gilles Babinet qui s’exprime en toute clarté ici. Voici le lien pour le retrouver :
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/interview/0203176354634-gilles-babinet-nous-sommes-a-deux-doigts-de-la-dictature-numerique-635485.php
    Selon G. Babinet, aux USA, et malgré le scandale de la NSA, une telle loi serait anticonstitutionnelle. A faire circuler partout…

  2. Des silences qui tueront…
    La comparaison faite par « Minute » ainsi que par des idéologues d’extrême-droite de Christiane Taubira avec une guenon est une affaire trop grave pour qu’elle soit traitée avec légèreté et comme un avatar de pré-campagne électorale.
    Posons nous cette simple question : sur quoi se fondent idéologiquement les partis politiques fascistes et nazis ? Réponse : sur le racisme. Le national socialisme s’est construit sur le principe d’une supériorité d’une race humaine sur toutes les autres. Les Juifs furent désignés pour cible. Mais n’oublions pas encore les Tziganes, les Asiatiques, les Noirs, etc… accusés d’avoir un sang impur pouvant dénaturer la « race humaine supérieure ».
    En réduisant Mme Taubira à une primate, « Minute » et tous ceux qui se gaussent de la bonne farce qu’on vient de lui jouer, empruntent la même voie. Tel par exemple ce curé parisien de Saint-Nicolas du Chardonnet, Xavier Beauvais, avec ses « Y’a bon Banania. Y’a pas bon Taubira ».
    Rien d’étonnant de sa part : il est de la plupart des manifestations d’extrême-droite, avec Civitas, le FN, et divers mouvements issus d’ « Occident » de sinistre mémoire.
    Si les slogans de X. Beauvais ont fait le « buzz » dans la sphère médiatique, il reste que l’archevêque de Paris, Mgr Vingt-trois est resté silencieux. Même si ce curé ensoutané ne fait pas partie de son personnel ecclésiastique car appartenant à la Fraternité Pie X (lefebvriste), il reste que c’est un homme consacré se réclamant d’un catholicisme romain « pur et dur ». Il aurait été logique de lui mettre un bon coup de crosse sur le nez. Mais rien.
    Comme si les injures raciales néo nazies ne concernaient pas celui qui prétend occuper le rôle de premier des catholiques de son diocèse.
    J’ajoute que Mgr Vingt-Trois, comme ses prédécesseurs, accepte l’occupation illicite de Saint-Nicolas du Chardonnet (depuis 36 ans !) par un gang d’intégristes extrémistes bien que son diocèse soit affectataire de cette église propriété de la ville de Paris. Son illustre prédécesseur Mgr Lustiger avait moins fait de cas des Sans-Papiers lorsqu’il avait fallu les déloger des églises Saint-Ambroise et Saint-Bernard avec l’intervention des CRS « tout en soutenant leur mouvement ». Plus hypocrite, ça n’existe pas…
    Il y a des silences qui tuent, ou qui peuvent tuer…

    1. Des silences qui tueront…à pierre mabire
      Trouvé sur le blog : le fait religieux .com(signé:Eric Azan)
      je copie/colle
      …. »Un énervé parmi les énervés, c’est l’abbé Mauvais. Oups, faute de frappe. Satané clavier. C’est Beauvais comme la ville et pas Mauvais comme la gale.
      . L’abbé Xavier Beauvais, donc, est, depuis 2003, le prêtre responsable du clergé desservant l’église Saint-Jacques-de-Compostelle, située à Paris dans le 5ème arrondissement. Depuis le 27 février 1977, cette église est occupée, par la force, par des proches de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX pour les intimes). « …..
      l’abbé Beauvais,en résumé,je copie/colle encore:
      « L’abbé qui gueulait: [Y’a bon Banania ! Y’a pas bon Taubira !] »
      Après ça on a tout dit…honte à lui et à ceux et celles qui osent le suivre sur ce chemin…et à celles et ceux qui n’osent pas dire à ce bonhomme et ses (ces)cohortes: « TAISEZ-VOUS. »
      Efté

      1. Des silences qui tueront…à pierre mabire
        Ce fameux slogan pour une poudre petit-déjeuner ne m’a jamais choqué, elle se voulait après la guerre un hommage aux tirailleurs sénégalais qui donnèrent leur vie pour la France. Elle n’était ni injurieuse ni dégradante contrairement à ce que des allumés ont voulu faire croire .

        Cela étant ma mère m’obligeait à en boire et je n’ai jamais trouvé cela bon!

      2. Un vieux singe comme moi… @ GR
        Jamais je n’ai cru que vous puissiez être choqué par le « Y’a bon Banania » mis dans la bouche d’un bon nègre. Nègre, Banania, bananes… Allez, GR ce n’est pas au vieux singe comme moi que vous apprendrez à faire des grimaces. Si vous ne voyez pas pas le rapport de l’homme noir au primate, c’est que votre calebasse sonne le creux. Ce que je ne crois pas un seul instant.
        Je vous rappelle qu’à ce slogan, le curé de l’extrême-extrême-droite a ajouté « Y’a pas bon Taubira ». Il n’y aurait alors que vous pour ne pas comprendre la portée zootropique de ces paroles ? Elles furent hurlées à tue-tête pour que les journalistes entendent, enregistrent et filment. L’opération de communication de X. Beauvais a fonctionné parfaitement. Il avait méticuleusement préparé son coup.
        Je pense que vous ne trouvez pas de liens entre les paroles ordurières de Xavier Beauvais avec la chasse aux Juifs sous l’Occupation. Non… rien à voir, pensez vous probablement. Les Noirs n’étaient guère désirables non plus sur nos territoires dominés par une prétendue race supérieure aux cheveux blonds et yeux clairs. Et vous ne voudriez tout de même pas que cela recommence, non ?

      3. Des silences qui tueront…à pierre mabire
        Petits extraits de Wikipédia sur « la grande l’Histoire » d’un produit cacaoté appelé BANANIA…C’est savoureux…bon appétit..ami-e-s gourmand-e-s- et curieux-curieuses!

        [Banania est une marque française de chocolat en poudre, à la recette importée au début du XXe siècle d’Amérique centrale.
        Cette marque se présente comme témoin de l’histoire, accompagnant et participant aux grands évènements économiques, historiques et politiques.
        Elle naît en 1912 à l’initiative de Pierre Lardet, journaliste et fondateur de l’entreprise, qui découvre dans un village au cœur de la forêt du Nicaragua en 1912 une boisson faite de farine de banane, de cacao, de céréales et de sucre. .
        Jean Disle fut longtemps le directeur général de l’entreprise,et révolutionna l’industrie du chocolat.
        À son retour en France il[Qui ?] dépose la marque et entame la commercialisation du produit. Banania n’est alors qu’un des noms envisagés, avec Bananose, Bana -Cacao, Banarica, Bacao ou Bananette.
        La marque Banania naît le 31 août 1914.
        La première publicité, parue en 1914 dans le journal Excelsior, titre ainsi « Banania, suralimentation intensive »
        Le premier symbole de la marque est une femme antillaise dessinée par Tishon mais le célèbre tirailleur sénégalais est rapidement adopté en 1915, dans le contexte de la Première Guerre mondiale. C’est le dessinateur Giacomo de Andreis qui dessine alors ce personnage qui deviendra l’emblème de la marque. Lardet continue à exploiter la veine de la guerre et dit proposer avec Banania « pour nos soldats la nourriture abondante qui se conserve sous le moindre volume possible ». Il envoie également 14 wagons de Banania aux soldats du front pour leur donner « force et vigueur  »
        La marque participe avec succès à l’Exposition coloniale internationale de 1931. Le slogan « Y’a bon Banania » et le tirailleur sénégalais deviennent des références, inséparables de Banania.
        Le slogan historique de la marque était jusqu’en 1977 « Y’a bon Banania » prononcé par un tirailleur sénégalais. Selon la légende, ce slogan proviendrait d’un tirailleur sénégalais blessé au front et embauché dans l’usine de Courbevoie. Goûtant le produit il aurait déclaré en « moi y’ a dit » : « Y’a bon »]….
        Efté

      4. Des silences qui tueront…à pierre mabire
        Donc en fait vous en venez à la même conclusion que moi, à savoir que cette affiche n’a rien de raciste.
        En fait, je considère que le racisme n’existe pas en France, et la France n’est pas un pays raciste. Il y a peut-être, comme partout, deux ou trois imbéciles, mais ce n’est pas un problème de société. Par conséquent, pourquoi tout ce tapage à ce sujet? Parcequ’il faut bien trouver un moyen d’intimider tout ceux qui ne pensent pas comme Harlem Désir, et autres idiots utiles de l’ultralibéralisme. Pour intimider tous ceux qui pensent que l’immigration n’est peut-être pas cette chose merveilleuse dont on nous vante les mérites depuis 40 ans; que la culture, la langue, les traditions, bref, la civilisation française et chrétienne vaut le coup qu’on la défende. Par conséquent, toutes ces histoires de soi-disant « racisme » à l’encontre de Mme Taubira sont des non-évènements, destinés à faire oublier qu’en ce moment même, une clique d’apatrides prépare l’annexion économique et bientôt politique du continent européen à l’empire américain (cf le scandale des négociations en cours sur le « traité transatlantique »), pour le plus grand bénéfice des patrons des multinationales.
        Sentant déjà venir les critiques et les accusations de « fascisme », je tiens à préciser… que je suis noir, et fils d’immigré. Mais d’abord et avant tout, chrétien et Français.

      5. Aristos ou petit peuple à la potence ? @ SIGNO
        Signo,

        Je pense que vous répondiez à Efté.
        La France est un pays multi culturel car son Histoire est peuplée d’invasions et de métissages. Il reste aussi que cette Histoire a été traversée par la période d’Occupation et le Régime de Vichy qui avait adopté les lois racistes et antisémites du nazisme. Cela a laissé des traces et des cicatrices profondes dans la mémoire collective. Il en est resté des gènes qui couvent et sont prêts à se réveiller, surtout en cette période de fort chômage et de difficultés économiques.
        Voilà donc que des partis politiques, groupusculaires ou fortement développés (FN), reprennent les thèmes du nazisme sur la haine de l’étranger – accusé d’être le fauteur de chômage, le dévoreur de prestations sociales qui coûtent cher au peuple « de souche ». Et ça marche dans une partie de l’opinion. Appelez cela comme vous le voudrez, mais la provocation à toutes les xénophobies et tous les racistes s’exprime librement. Comme ces paroles du (triste) sire Xavier Beauvais qui ont fait le buzz.
        Vous dites être « noir et fils d’immigré ». je veux bien vous croire sans autre témoignage que votre seul écrit. Mais cela ne vous donne pas raison pour autant. Il y a une idéologie du racisme et du néo-nazisme qui se développe à grande vitesse dans l’opinion. Etonnez vous de savoir que le FN recueille 40% voire plus encore dans les villages de ma région ou il n’y a aucun « étranger », « black » ou « maghrébiens », mais où l’on a le désir de ne plus voir de gens de couleur lorsqu’on va en ville ou qu’on passe dans les quartiers populaires des agglomérations proches. Comment appelez vous cela, si ne n’est pas, selon vous, un racisme qui s’est installé dans la tête et le quotidien des gens ?
        DE plus, dans ces villages où l’économie agricole est archi dominante, où les subventions européennes arrivent à jets et à flots continu comment expliquez-vous qu’on puisse voter pour un parti (le FN) qui milite pour la rupture avec l’Europe, le retour à la monnaie « franc », et pour la fermeture des frontières ?

        C’est le propre d’un parti qui contient au plus profond de lui même l’idéologie de l’isolement qui conduit, par nature, à la dictature.

        Le discours d’extrême-gauche (Mélenchon, NPA, LO, etc.) n’est que l’écho des positions du FN – racisme en moins. Mais cela conduit à la même voie.
        Je suis moi-même, dans mes gènes, un produit de l’émigration. Mes lointains ancêtres furent Celtes, Gallo-romains, Vikings, Francs… Il est possible qu’il y ait eu des ancêtres bâtards (logique tout de même car c’est la vie). Vive le métissage…
        Ah oui, il y a ce démon de l’ultra libéralisme qu’il faut chasser, combattre. OK avec vous. C’est un rouleau compresseur. Dites-vous bien que les ultras libéraux bretons sont ceux qui manipulent les « bonnets rouges » derrière lesquels court une partie de l’extrême gauche comme le FN qui est derrière en embuscade. Ouvrez grands les yeux et les oreilles, et vous verrez le cinéma qu’ils jouent en dansant la carmagnole. Ce n’est pas les aristo à la potence, mais le petit peuple qui se fera plumer, pendre et étriper.

      6. Beauvais et Croates @ Efté et Nathalie
        Bonjour Efté et Nathalie,

        Efté, je ne vois pas d’église saint-Jacques de Compostelle dans le 5è à Paris qui serait occupée par les gros bras de X. Beauvais. Pourriez-vous me donner des précisions ? Depuis 1977, l’église occupée, c’est St Nicolas du Chardonnet. Merci pour vos infos…

        Nathalie, ben oui, que viennent donc faire des Croates dans une église ? Peut-être pour célébrer l’office dans leur propre langue ? Au temps du latin et du rite Saint Pie X, au moins ces questions ne se posaient pas… Quant à l’argent que réclame l’archevêque Vingt-Trois, cela doit correspondre à la totalité du montant des quêtes qui lui ont échappé. Un manque à gagner, en sorte. Un dommage commercial non garanti par une assurance. C’est pourquoi la justice des hommes doit se prononcer pour rendre justice à Dieu. Cela doit est quelque chose de ce genre là… Mais quelle époque passionnante vivons-nous !!!

      7. Beauvais et Croates @ Efté et Nathalie hello c’est Efté
        pierre mabire,
        Vous avez dû lire que j’ai « emprunté » ce texte sur un blog(que je ne connaissais pas d’ailleurs avant ce lundi 25 novembre…mais c’est une bonne découverte à mes yeux..)
        Ce blog a pour dénomination:(je reprends mon copié/collé)
        *** le fait religieux .com
        l’auteur du passage copié/collé:
        *** a signé:Eric Azan;
        Perso j’ai aussi été étonnée de lire le nom de l’église:
        ***’église Saint-Jacques-de-Compostelle, située à Paris dans le 5ème arrondissement….cette église étant occupée depuis: « le 27 février 1977 par des proches…..etc »,
        J’ai trouvé sur Internet ces explications(extrait):
        « Ce sanctuaire possédait une relique de saint Jacques et était un lieu de pèlerinage réputé: c’est à partir de cette église que s’organisèrent les pèlerinages en direction de l’Espagne et de Saint-Jacques-de-Compostelle, selon un itinéraire (la via Turonensis) qui empruntait, vers le sud, la rue Saint-Jacques, le cardo de Paris, jalonné de divers édifices cultuels consacrés au saint (dont il subsiste encore aujourd’hui l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas)….lire le début et la suite sur:
        ***lieuxsacres.canalblog.com › Paris (75-Paris)‎
        Ne connaissant pas Paris sur le bout des doigts ni le nom de toutes les églises, j’ai supposé que c’était une seconde église occupée par
        la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X…Peut-être à tord…Cela n’enlève rien
        au côté abject de ce « Dom Camillo » Xavier Beauvais bien plus dangereux que celui qu’incarnait Fernandel…le sien faisait rire ou au moins sourire, celui-ci est à pleurer!
        Efté
        Donc pierre mabire pour une rectification d’une annonce erronée , il faut s’adresser au blog cité au début.

    2. Des silences qui tueront…@Pierre
      Bonsoir Pierre,

      Vous m’étonnez quant à l’occupation illicite. D’autant que même en cas d’occupation licite, André Vingt Trois sait faire preuve de fermeté. En témoigne un article du Canard du 2 octobre dernier :

      « LE CARDINAL TRAINE SES FIDELES AU TRIBUNAL

      C’est du joli : le Cardinal André Vingt-Trois n’a pas hésité à appeler la justice païenne à la rescousse pour faire expulser de leur lieu de culte un groupe de bons chrétiens….
      L’archevêque de Paris a assigné devant le tribunal de grande instance l’association des catholiques croates de la capitale, qui utilise l’église Saint- Cyrille-Saint-Méthode de la rue de Bagnolet (XXè arrondissement). Mais les magistrats, saisis du dossier depuis près d’un an, ne semblent guère pressés de trancher cette querelle de bénitier.
      Son Eminence Vingt-Trois demande que les fidèles croates (qui reconnaissent pourtant le même pape que lui) soient virés manu militari de l’édifice religieux et du presbytère attenant, qu’ils occupent depuis plus de vingt ans.
      En prime, le cardinal réclame le paiement d’une « indemnité d’occupation » couvrant les six dernières années, soit plus de 1,5 million d’euros à verser à l’Association diocésaine de Paris, propriétaire légale des locaux. L’Archevêché, qui cherche à récupérer son bien, avait pourtant donné, en 1990, sa bénédiction à la présence – à titre gracieux – des Croates.
      Contacté par « Le Canard » Mgr Michel Aupetit, évêque auxiliaire de Paris, se fait tout sucre, tout miel : »Nous ne souhaitons pas que les Croates soient expulsés de Saint Cyrille-Saint –Méthode. Nous voulons résoudre le problème fraternellement » assure le prélat, qui fait mine d’oublier les démarches musclées de son archevêque de de patron.
      Une bien drôle de Méthode….  »

      J’imagine que les problèmes doivent être réglés fraternellement désormais et peut-être en est-il de même dans le cas que vous citez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *