Primaires, cigares : bienvenue au néo-Sarkozistan

Ouf ! La primaire municipale de l'UMP s'est très bien passée. Ne riez pas, c'est vrai. A Lyon, bien entendu. Car il y avait aussi une primaire UMP à Lyon. Vous ne le saviez pas (sauf si vous êtes Lyonnais, évidemment) ?

Ouf ! La primaire municipale de l’UMP s’est très bien passée. Ne riez pas, c’est vrai. A Lyon, bien entendu. Car il y avait aussi une primaire UMP à Lyon. Vous ne le saviez pas (sauf si vous êtes Lyonnais, évidemment) ?

Non. Donc, @si vous en informe : Michel Havard est arrivé en tête devant Georges Fenech. Pourquoi les medias nationaux vous en auraient-ils informés ? Les medias nationaux ne s’intéressent qu’à Paris (le compte est ici). A croire que la France entière aura à choisir entre Hidalgo et NKM. On imagine, dans les villages, les débats enflammés, entre partisans de la blonde, et supporters de la brune. A moins que Bournazel, au dernier moment… Oui, Bournazel. Ne me dites pas que vous n’avez pas entendu parler de Bournazel. C’est le candidat « copéïste ». Tout le monde a entendu parler de Bournazel. Quand Bournazel, cet été, se promènera sur la plage en maillot de bains aux couleurs de Paris, on lui demandera autant d’autographes qu’à Nabilla. Nabilla et Bournazel sont les deux révélations de 2013.

Au moins, ça nous rajeunit. Ca nous rassure, sur les permanences françaises. Comme le tweete ce gauchiste de Didier Porte, le candidat de Tiberi, Legaret, est en tête au Père Lachaise, à Montmartre et à Montparnasse (pour les non-Parisiens, il s’agit de cimetières). Soyons justes : il y a au moins une tête politique, qui a tiré les leçons de la pantalonnade de la primaire UMP, c’est Isabelle Balkany, première adjointe au maire de Levallois-Perret (92), et amie de Sarkozy. Balkany ne veut plus entendre parler de primaires. En tout cas, pas pour 2017.

A la ville, Isabelle Balkany est l’épouse de Balkany, Patrick, maire de Levallois. Que faisait Patrick Balkany l’autre semaine ? Il participait à un déjeuner de travail, avec quelques autres parlementaires (dont une socialiste), et le numéro trois de l’administration des Douanes. Cuisses de grenouilles, rognons, cigare, quelque chose de très simple. Addition : 10 000 euros. Qui a payé ? La British American Tobacco (Lucky Strike, Dunhill), révèle le JDD. Autrement dit, le lobby du tabac. De quoi fut-il question ? De la nécessité d’avoir une réglementation « équilibrée et cohérente » sur le tabac, selon la puissance invitante. « Nous n’avons parlé ni de fiscalité ni des prix » jure un représentant du cigarettier. Bien entendu. Qui en doutait ? Elections truquées, élus achetables pour un cigare : c’était notre rubrique, après le Sarkozistan, c’est encore le Sarkozistan.

Par Daniel Schneidermann | Fondateur d’@rrêt sur images |

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une réponse sur “Primaires, cigares : bienvenue au néo-Sarkozistan”

  1. Il n’y a pas que les morts du Montparnasse qui se réveillent pour voter
    Que les lobbies tentent d’arracher des parlementaires des lois et décrets qui leur soient profitables n’est pas une nouveauté. Ceux du tabac disposent de moyens ultra-puissants pour contourner les réglementations, et pour organiser quasi impunément un commerce de contrebande très prospère dans les départements frontaliers. Seuls les camionneurs se font prendre par les douanes épisodiquement, car il faut bien vernir, de temps à autre, le blason de cette administration d’un genre particulier. Cela s’appelle « lâcher du lest ».
    Le clan Balkany, et avec lui la droite de la droite UMPiste n’a de cesse de glisser des peaux de bananes sous les pas de NKM. Et avec eux les dinosaures du musée des horreurs de la feue chiraquie, la bande à Tibéri.
    Finalement, je pense très fortement que cette arrière-garde paléo chiraquienne, étrangère à l’orthodoxie gaulliste, rend un grand service à NKM qui a maintenant les mains libres pour mener sa campagne pour Paris.
    Forte fibre écolo, pas coincée sur des sujets de société comme le mariage pour tous, offrant une image de modernité, pas sectaire, etc… elle a le profil, le talent, l’autorité et les qualités nécessaires pour engranger des voix à droite, au centre et mordre sur la gauche bobo. De plus, elle a ce que les Parisiens aiment : une culture éclectique la rendant ouverte sur bien des sujets.
    Croyez bien que je ne suis ni son hagiographe, ni son conseiller en communication. Mais, de l’avis de beaucoup, c’est ainsi qu’elle est perçue, sauf par les ultras réacs Umpistes qui la détestent. Et je le répète, c’est un bon point pour elle.
    Quant à la question des primaires UMP à Lyon que les grands médias ont zappé, ce n’est pas une nouveauté. La province n’intéresse guère les rédactions parisiennes. Surtout quand pareille primaire se déroule sans contestation et sans polémique. Passons…
    Quant à écrire « Elections truquées, élus achetables pour un cigare : c’était notre rubrique, après le Sarkozistan, c’est encore le Sarkozistan », à la place de l’auteur, j’irai voir ce qui se passe ailleurs.
    Le duel Aubry-Royal, sur fond de scrutins manipulés et truqués dans les fédérations n’est pas si loin.
    Ancien militant PS (je n’en suis plus), j’ai le souvenir des fausses sections socialistes sous l’ère Mitterrand pour gagner les élections dans les fédérations, le financement du parti passant par des sociétés d’études amies. Ca ne sentait pas bon dans l’arrière-cuisine du PS… Silence médiatique sur de véritables tricheries à grande échelle.
    D’autres affaires nauséabondes empestent actuellement le climat de Marseille. Il n’y a pas que les morts des cimetières du Montparnasse et du Père-Lachaise qui se réveillent pour aller voter.
    A Gauche aussi, Mitterrand a fait des émules. Et, ailleurs, on a vu des élus communistes trafiquer des résultats électoraux et se faire condamner pour ça.
    Les marchés publics « arrangés », les renvois d’ascenseurs pour services rendus, la corruption rampante est loin de ne concerner qu’un seul camp. Il serait d’ailleurs intéressant que « les médias » soient bien plus curieux à propos du marché de l’eau en France (celle du robinet), du ramassage des déchets ménagers, de l’édition et de l’impression des supports d’information des collectivités territoriales, mais encore des marchés du BTP… Il y a là-dessus une véritable chape de plomb dont il ne sort que quelques scandales (Bouches-du-Rhône;, par exemple), quand ça pue vraiment trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *