Mois : mai 2012

Déshérence

Un hameau abandonné de 21 bâtisses, Courbefy, dans la Haute-Vienne, a été, lundi 21 mai 2012, adjugé à 520 000 euros à l’artiste d’origine sud-coréenne Ahae, lors d’une vente aux enchères devant le tribunal de grande instance de Limoges (source : AFP, relayée par Le Point). Le projet de l’artiste, qu’on peut voir sur sa page Internet, est de rechercher des sites pour mettre en pratique ses « concepts de vie organique ». Il veut faire tout son possible « pour permettre à la nature de se développer comme cela devrait être le cas, sans l’interférence de l’homme ou d’activités humaines. » Cela évoque évidemment l’idée moderne de land art, ou art de la nature, où le paysage n’est plus représenté par une main humaine comme sur un tableau de musée, mais investi réellement pour constituer, in situ, une œuvre éphémère, vouée souvent à disparaître par l’effet du temps.

Lire plus »

« Israël pourrait être poursuivi par le 4ème Convention de Genève »

Adnan El Fiqawi, membre du comité central du Parti du Peuple Palestinien (ex-Parti Communiste Palestinien), lui aussi actuellement en grève de la faim, en solidarité avec les prisonniers. Depuis la place du Soldat Inconnu à Gaza où une mobilisation rassemble les élans de solidarité, Adnan El Fiqawi répond aux questions de Golias.

Lire plus »

Fuites au Vatican : un sytème au bord de l’implosion

Deux nouvelles sont tombées le vendredi 25 mai.
D’une part, la « taupe » à l’origine des révélations des documents les plus confidentiels du Vatican aurait été identifiée. Il s’agirait de Paolo Gabriele, majordome du pape, que l’on considérait pourtant comme au-dessus de tout soupçon. C’est un choc, au Vatican et ailleurs. En effet, le coupable présumé fait partie depuis début 2006 de la petite équipe des Palais Apostoliques, qui s’occupe des appartements du Pape et accompagne le Saint-Père pendant toute la journée. Ce dernier serait très profondément abattu par cette trahison d’un familier.

Lire plus »

Virilité

Entendu en ce jour de l’investiture de notre nouveau président, 15 mai 2012, au journal de 13 heures de France Inter, lors d’un micro-trottoir, ce commentaire dépité d’un partisan du président sortant : « On avait un président qui en avait… Vous voyez ce que je veux dire… » Évidemment, pour lui, le nouvel élu, qui par ailleurs répète qu’il se veut « normal », « n’en a pas… » Je suis resté effaré, non tant par la trivialité ou la grossièreté du propos, que par la vision de la politique qu’il dénote, et qui est sans nul doute partagée encore par bien des hommes machistes. On préjuge des liens nécessaires entre la compétence au pouvoir et la performance sexuelle masculine. Bien entendu, je suppose ici connue des lecteurs le sens de l’ellipse contenue dans cette expression française. En anglais par exemple l’expression « En avoir ou pas » peut concerner simplement l’argent, comme il se voit dans le roman d’Hemingway qui porte ce titre.

Lire plus »

La revanche des bedeaux

En 1937, ma famille habitait dans une station balnéaire de Basse-Normandie qui, l’hiver, comptait environ 1 300 habitants pour dépasser 20 000 en juillet et août. Durant toute l’année, notre curé était assisté d’un vicaire mais, l’été, un second vicaire, professeur dans un établissement religieux de Lisieux, assurait la célébration d’une 3ème messe dominicale, ce qui, avant l’office, écourtait l’attente des pénitents assis deux par deux les uns derrière les autres, à l’écart du confessionnal afin de respecter la confidentialité des aveux.

Lire plus »

Les intégristes et les juifs : inquiétudes en coulisses

Il est un aspect de la réconciliation avec les intégristes qui commence à susciter des inquiétudes derrières les épais murs des sacrés palais apostoliques. Beaucoup de milieux intégristes et certains de leurs représentants ne semblent guère enthousiastes à l’idée du dialogue avec le judaïsme. C’est vraiment le moins que l’on puisse et doive dire.

Lire plus »

Du bon usage des feux rouges

D’un article, d’un film, d’une rencontre, on se souvient toujours mieux des premières lignes, des premières scènes, des premières minutes. Le cerveau est ainsi fait. Que Hollande, traqué par l’escouade habituelle de motos et d’hélicos, s’arrête aux feux rouges en roulant vers l’Elysée, plongeant dans la pâmoison les caciques du direct laïve, imprimera les mémoires, comme Giscard arrivant à pied à l’Elysée, ou Mitterrand sur la tombe de Jean Moulin. Cela les imprimera faussement, abusivement, mais cela les imprimera. C’était donc bien joué.

Lire plus »

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Catégories