Mois : janvier 2007

L’abbé Pierre : un fils encombrant

Le décès de ce grand témoin de la charité et de l’évangile, adulé des français, place un peu situation délicate une institution ecclésiastique souvent réservée à  son endroit. D’une foi très profonde, aimant beaucoup l’à‰glise, l’abbé Pierre avait cultivé ce que Jean Daniélou (qui ne mit pas toujours ses conseils en pratique) nommait fort justement l' »anticléricalisme des saints ».

Lire plus »

L’abbé Pierre : un homme libre

Dans l’excellent éditorial qu’il lui consacre dans le Nouvel Observateur du 25 au 31 janvier, Jean Daniel note fort justement que l’abbé Pierre n’a pas d’abord été un témoin de la charité, mais de la justice.

L’amour du prochain s’épanouit en effet en fleurs de compassion. En même temps, le premier degré, tout -à -fait incontournable, de l’amour demeure celui de la justice. L’obligation de rémunérer dignement des salariés relève de cet ordre-là , et non de celui d’une quelconque générosité qui s’ajouterait de surcroît.

Les Pères de l’à‰glise, dans les premiers siècles, le soulignaient avec énergie, notamment saint Jean Chrysostome (bouche d’or… au verbe de feu) : donner de l’argent, le gîte et le couvert aux miséreux c’est leur rendre ce qui leur est dà». Nous sommes à  des années-lumière d’une posture compassionnelle condescendante, celle d’une à‰glise des nantis qui daignent s’abaisser vers les pauvres.

Pour en avoir une illustration fort mémorable, on reverra avec plaisir l’excellent « Douce » de Claude Autant-Lara. Marguerite Moreno, actrice exceptionnelle, y incarne une comtesse qui pratique les oeuvres de charité, de la façon la plus odieuse possible. Morceau d’anthologie, qui nous laisse songeur.

Lire plus »

Retraite des  »Ex » : une décision de justice qui fera date

Quatre ex-religieuses se voient reconnaître trois à  cinq années supplémentaires de droit à  la retraite auprès de la Caisse des Cultes.

Ce fait divers est plus que médiatique. Il illustre les carences d’une Eglise lorsqu’elle fait passer ses Dogmes et sa Hiérarchie avant le bien de ses fidèles.

Lire plus »

Comment Karol Wojtyla était espionné ?

Nous savons désormais l’intensité et la précision avec laquelle Karol Wojtyla était espionné, et ce dès 1949, alors qu’il était un jeune abbé.

Le premier agent qui s’intéressait à  lui était un prêtre, le Père Wladislas Kulczycki, dont le nom de code était Zagielowski. Curé de saint Nicolas à  Cracovie, et en bons termes avec le cardinal Wyszynski, cet ecclésiastique était en réalité tenu suite à  une affaire sexuelle.

Sans doute par jalousie, il détestait Karol Wojtyla qui effectua, de fait, une très brillante carrière, très rapide au demeurant: évêque à  38 ans, archevêque à  44, cardinal à  47.

Lire plus »

Un hommage bien conventionnel

Nous sommes, nous Goliards, comme les Compagnons d’Emmaà¼s, comme nombre de Français ou de Citoyens du Monde, dans l’émotion après la mort de l’Abbé Pierre, lui qui n’était jamais dans le registre de la pitié mais toujours dans celui de l’amour.

Or cet amour transgresse les frontières, celles des classes sociales comme celles de l’à‰glise et l’on peut regretter que l’hommage national qui lui a été rendu en la cathédrale Notre Dame de Paris fà»t trop conventionnel.

Lire plus »

C dans l’air et les cathos

Etaient présents sur le plateau :

« Monseigneur » Stanislas Lalanne (secrétaire général de la Conférence des évêques de France),

Frédéric Lenoir, philosophe, écrivain et sociologue ( Directeur de la rédaction du Monde des Religions),

Mamoud Ould Doua, membre de l’UOIA, enseignant à  Bordeaux ( anthropologie et sciences politiques) et¦

Christian Terras qu’on ne présente plus aux lecteurs de Golias.

Lire plus »

Le prêtre des contrastes

Qui aurait deviné que ce fils de bourgeois Vivrait presque toujours sous des toits de fortune En y faisant rayonner l’amour et la joie ?

Lire plus »

Abbé Pierre : l’histoire mouvementée d’une légende

L’abbé Pierre est de ceux dont la mort ne peut passer inaperçue. Décédé ce lundi 22 janvier, à  l’hôpital du Val de Grâce, il laisse derrière lui un combat de tous les instants contre l’injustice et la misère humaine mais aussi des souvenirs plus sombres comme son soutien au négationiste Roger Garaudy. Retour sur un parcours atypique.

Lire plus »

Carqueiranne ou l’école de la discorde

Le curé de la paroisse de Carqueiranne dans le diocèse de Toulon (Mgr Rey, évêque du lieu) a décidé l’été dernier, avec l’accord sinon l’ordre de sa hiérarchie d’installer dans la Maison paroissiale une école privée hors contrat, proche des milieux traditionalistes, « Les cours Anne de Guigne ».

Lire plus »

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Catégories