« Qu’as-tu fait de ton frère ? » (fin)

Les évêques nous interpellent en vue des prochaines élections présidentielles par une formule biblique. Caïn a tué son frère Abel¦ Indifférent le coupable continue à  vivre sa vie : « suis-je le gardien de mon frère » ? Le Seigneur bouscule sa conscience d'homme, et la sanction tombe : « maintenant sois maudit et chassé du sol fertile qui a ouvert la bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère ». L'affaire est entre Dieu et lui¦ pourtant il devrait y avoir aussi les parents Adam et Eve, étrangement absents de ce récit biblique. Au reste l'assassin craint la vindicte populaire¦

Les évêques nous interpellent en vue des prochaines élections présidentielles par une formule biblique.

Caïn a tué son frère Abel¦ Indifférent le coupable continue à  vivre sa vie : « suis-je le gardien de mon frère » ? Le Seigneur bouscule sa conscience d’homme, et la sanction tombe : « maintenant sois maudit et chassé du sol fertile qui a ouvert la bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère ».

L’affaire est entre Dieu et lui¦ pourtant il devrait y avoir aussi les parents Adam et Eve, étrangement absents de ce récit biblique.

Au reste l’assassin craint la vindicte populaire¦

Caïn poursuit le dialogue avec Celui qui l’a interpellé : « ma peine est trop lourde à  porter¦ tu me bannis du sol fertile¦ je serrai un errant¦ le premier venu me tuera ». Mais le Seigneur lui assure protection et liberté. « La fraternité est un objectif qui donne sens à  la vie sociale et qui invite à  l’action politique. Elle passe par l’attention aux plus fragiles et le respect de chaque personne humaine » cf. conclusion du document épiscopal.

Très bien, mais est-ce que les citoyens ont besoin des évêques pour le découvrir et le réclamer ?

Le récit biblique se poursuit, Caïn se retire de la présence de Seigneur, fonde une famille devient « constructeur de ville »¦ de leur côté Adam et Eve ont un nouveau fils.

Les deux lignées remplissent la terre, la suite se renouvellera au cours des âges : « le Seigneur vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et que son coeur ne formait que des mauvais desseins à  longueur de journée » 7,5. Un homme trouve cependant grâce aux yeux de Dieu : « Noé était un homme juste, intègre parmi ses contemporains, et il marchait avec Dieu ». L’Histoire se répètera avec les descendants de Noé¦ Le Seigneur se choisira des rois, des prêtres et des prophètes¦ Il y aura aussi la grande tradition des sages en Israà«l.

Notre Eglise a tendance à  enfermer dans des « ordinations » l’expression des fidèles du Christ. Il appartient aux évêques d’authentifier, comment et avec quel succès dans toute l’Histoire de l’Eglise ?

Je lis leur message. « Nous devons travailler à  vivre ensemble ». « La grandeur de l’homme est d’écouter la voix de sa conscience ». Le bien commun « se doit de prendre en compte non seulement l’intérêt des générations actuelles, mais également, dans la perspective d’un développement durable, celui des générations futures ». Les paroles de ce message sont fortes, équilibrées, dérangeantes souvent. Je les reçois et les médite, avec ma conscience d’homme et de chrétien en essayant de rester en présence du Seigneur, Gen. 4, 16, « en essayant de marcher avec Dieu » Gen. 7, 9.

Le message n’est pas du tout cuit, je devrai choisir, engager un débat fraternel, être solidaire. Ce ne sera peut-être pas le bon choix. J’essaierai de le faire en conscience en électeur responsable.

Caïn est laissé libre profondément libre, peut-il le rester sans Dieu et sans responsabilités de ses frères ?

La suite de l’Histoire Sainte conduit le Seigneur à  la mise en place de médiateurs entre nous et Lui.

C’est pas facile pour eux¦, ce n’est pas facile non plus pour nous¦

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *