L’indécence des évêques de France

A la veille du Téléthon, le patron des évêques de France est enfin sortie de son silence en déclarant que «l'Eglise n'appelle pas au boycott » de cette manifestation. Quelle indécence dans cette prise de position de dernière minute alors que les dégâts sont déjà  là , après un mois de campagne alimentée par nombre d'évêques contre le Téléthon, en relais de l'appel au boycott de leur confrère de Toulon, le très médiatique Mgr Rey, membre aussi de la communauté charismatique de l'Emmanuel.

A la veille du Téléthon, le patron des évêques de France est enfin sortie de son silence en déclarant que «l’Eglise n’appelle pas au boycott » de cette manifestation.

Quelle indécence dans cette prise de position de dernière minute alors que les dégâts sont déjà  là , après un mois de campagne alimentée par nombre d’évêques contre le Téléthon, en relais de l’appel au boycott de leur confrère de Toulon, le très médiatique Mgr Rey, membre aussi de la communauté charismatique de l’Emmanuel.

L’attaque épiscopale contre le Téléthon a surpris par sa brutalité, et davantage encore à  cause du moment choisi, à  la veille de la grande opération de collecte, qui nécessite une mobilisation totale du plus grand nombre.

Cette attaque, utilisant la dynamique d’un consensus national, a cherché à  en casser le ressort. Elle est partie du diocèse de Fréjus-Toulon , dont l’évêque est Mgr Rey.

C’est un certain Monsieur Pierre Olivier ARDUIN qui a lancé la bombe. Il est responsable dans ce diocèse de tout ce qui touche « l’éthique » , Commission bioéthique, Formation en bioéthique, Commission bioéthique et vie humaine¦ L’homme incontournable, donc, pour tout ce qui touche aux questions génétiques¦ coeur de la recherche générée par le téléthon.

Les lecteurs de « l’hebdo du net » de Golias ont pu prendre connaissance la semaine dernière, des engagements politiques à  l’ultra-droite de Pierre Olivier Ardouin. Car ce monsieur a une autre spécialité, dont il ne parle guère. Aux dernières élections européennes de 2004, il était sur la liste de l’Alliance Royale, en compagnie de quelques transfuges du Front National et de quelques nostalgiques de l’Algérie Française. Tel est l’homme que Mgr Rey a chargé de défendre ce qui est pour lui l’éthique chrétienne.

Mais faut-il le rappeler, l’éthique ne se limite pas à  la bioéthique. Car qui donc dans l’affaire manque le plus à  l’éthique chrétienne ?

L’appel au boycott comme stratégie d’évangélisation ? ? ?

Cette appel au boycott est inacceptable pour plusieurs raisons :

L’épiscopat français, relayant l’appel du diocèse de Fréjus-Toulon , a participé directement à  une opération visant manifestement à  « casser la baraque » du téléthon.

Que les évêques aient des questions sur telle ou telle pratique des laboratoires de recherche est une chose, que nous ne voulons pas ignorer. En revanche, que ces questions se transforment en condamnation sans appel quelques jours seulement avant le grand week-end du financement en est une autre, et qui a peu à  voir avec la première.

La première touche le fond et ne peut se débattre dans la précipitation, tant le sujet est complexe et sans évidence, comme le montre la réserve des autres Eglises ou religions.

La deuxième concerne la forme de l’intervention qui vise uniquement à  déstabiliser l’opinion publique et à  la couper en deux. Les questions épiscopales pouvaient tout de même bien attendre le lundi matin 11 décembre. Cette stratégie, parfaite dans son montage, fait froid dans le dos des chrétiens engagés dans le monde.

– Une loi a été faite pour encadrer, délimiter le champ d’intervention, éviter les dérives en matière de diagnostics génétiques. Elle est loi de la République, réponse à  un problème de société qui pèse lourd sur des couples et des familles. Pourquoi l’ignorer ou la considérer immédiatement comme une loi scélérate ?

Eternelle tentation des clercs (de toutes couleurs de robe) qui en appellent à  Dieu pour contester la loi des hommes, sans un regard pour la terrible présence de la souffrance.

– L’attaque de l’épiscopat ignore la compassion envers les victimes, patients ou proches, de ces maladies génétiques. Et, surtout, qu’on ne cite pas les piteuses phrases de prétendue sympathie pour les malades et leur famille émises du bout des lèvres et qui sonnent si faux dans le contexte. N’est-il pas révélateur que la seule voix discordante dans le concert des condamnations vienne d’un évêque, Mgr Dubost, évêque d’ Evry, qui a vécu personnellement une expérience familiale de la maladie ?

– La fête du Téléthon, jusque dans ces manifestations les plus populaires, est, personne ne peut le nier, un grand témoignage de solidarité, d’empathie et, pour parler comme l’Evangile, d’ « amour du prochain ».

Les évêques, qui ne manquent pas de déplorer quotidiennement l’égoïsme et l’individualisme de nos contemporains, apparaissent comme incapables de reconnaître cette ouverture à  l’autre, cette générosité, cette volonté de partage, comme s’ils étaient étanches aux sentiments d’humanité, au nom de principes « discutables« , dans le sens o๠ils sont « à  discuter« .

Quelle image de l’Eglise ont-ils montré en cherchant à  casser un dynamisme aussi populaire ? On ne demande pas à  l’Eglise de faire de la démagogie et de caresser le peuple dans le sens du poil. On lui demande simplement de savoir un peu mieux lire les signes d’amour et d’espoir, chez des malades, chez des parents en souffrance et dans une opinion publique pour une fois solidaire.

Dépassant la seule myopathie, les recherches fondamentales financées par les dons ont permis des avancées thérapeutiques pour bien d’autres affections, souvent « orphelines ». Et aussi, comment ne pas signaler le fait que le Téléthon a contribué à  changer le regard des « gens » sur bien des maladies, même les plus déformantes. Si aujourd’hui, par exemple, lentement, sans choquer, les fauteuils roulants trouvent peu à  peu leur place dans notre société, c’est aussi, un peu, grâce au Téléthon.

Et çela, ça n’intéresse pas Dieu ? Et c’est tout cela que veulent casser les évêques ¦

– La source de la contestation ne doit pas manquer, non plus, de nous inquiéter. Les milieux conservateurs dans l’Eglise de France prennent de plus en plus d’influence. Va-t-on connaître la situation des Etats-Unis, même si là -bas ce sont des protestants, évangélistes ou autres, qui mènent le combat que l’on sait ? Avec le retour des tradis, c’est ce monde-là  qui fait son entrée dans l’Eglise de France, et jusqu’au sommet de la hiérarchie.

Beaucoup de chrétiens, « conciliaires » ou pas, ne veulent pas de ce retour en arrière, o๠la morale devient le premier et souvent unique message de l’Eglise.

Si demain les évêques veulent débattre de ces problèmes de bioéthique, des embryons, des manipulations génétiques¦ OK !

Pour sa part Golias y est prêt, avec, nous l’espérons toutes les forces vives de l’Eglise et de la société.

Mais de grâce, arrêtons ces coups bas, trop répugnants pour être évangéliques.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *