Les marchands du temple

Au nord, Capharnaà¼m ; Jérusalem au sud ; Entre les deux, au moins quatre jours à  dos d'âne, Sur de mauvais chemins étroits.

Au nord, Capharnaà¼m ;

Jérusalem au sud ;

Entre les deux, au moins quatre jours à  dos d’âne,
Sur de mauvais chemins étroits.

La multitude,
Aux abords du Temple, forme une caravane
Qui en gêne l’accès.

Jésus et ses disciples
Louvoient au milieu de marchandises diverses :
Colombes et brebis, statères et sesterces.

Le Messie perd son calme et devient irascible ;

De son front rembruni perlent des gouttelettes.

A terre, il ramasse des bouts de cordelettes,
Les fixe à  un bâton pour faire un martinet
Qu’il fait claquer à  gauche, à  droite sur les étals
Des changeurs, des marchands, qui osent profaner
Le Temple pour en faire un centre commercial.

« La maison de mon Père

Est un lieu de prières,

Et vous en faites un repaire de brigands. »

Dit-il à  tous ces gens.

« Seigneur, regarde un peu

Du côté de Lisieux

Ou du côté de Lourdes,

Ces statuettes, ces croix, ces lumignons, ces gourdes,
Qu’on expose en vitrine ou bien sur des comptoirs
Qui diminuent d’autant la largeur des trottoirs.

Viens nous débarrasser, Seigneur Dieu, je t’en prie,
de ces bondieuseries.
»

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *