Le cheval et l’âne

Un âne qui logeait à  côté d'un pur-sang Se lamentait d'être petit et mal foutu

Un âne qui logeait à  côté d’un pur-sang
Se lamentait d’être petit et mal foutu

Et de toujours passer pour être un peu obtus.

Voici ce qu’il disait en faisant ses hi-han :

« Regarde un peu comme j’ai de longues oreilles.

– Réjouis-toi, tu n’as donc pas besoin d’appareil
Pour entendre, lui dit Son voisin d’écurie.

– A l’école, pourquoi met-on un bonnet d’âne
Aux enfants qui paraît-il n’ont rien dans le crâne ?

– C’est de l’histoire ancienne !

Aujourd’hui, tu promènes

Les enfants dans les parcs ou sur les avenues.

Il y a deux mille ans, tu as porté Jésus

D’abord à  Bethléem

Puis à  Jérusalem.

Aucun autre animal

Ne peut se glorifier

D’avoir été monté par un tel cavalier.

– Merci camarade, tu es un bon cheval. »

Certains pourraient tirer profit de la leçon
A moins qu’ils ne veuillent qu’on leur donne du son.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *